text
text
text
text

Les troubles anxieux

Les attaques de panique, avec ou sans agoraphobie

Pierre a régulièrement des crises d'angoisse intense, durant lesquelles les palpitations, les sensations d'étouffement et la douleur dans le thorax sont tellement fortes qu'il éprouve une peur panique de mourir.

Tiphaine vit la même chose lorsqu'elle se trouve seule dans des endroits où il lui semblerait difficile d'être secourue, ou de pouvoir s'échapper, si elle avait une attaque de panique. Sa peur l'a conduite à cesser de prendre les transports en commun, et à éviter toutes les situations de foule. Elle s'arrange aussi pour être accompagnée lorsqu'elle doit sortir de chez elle.

Plus d'information : www.deploie-tes-ailes.org, mediagora.free.fr

Les phobies (dont la phobie sociale)

Axel et les pigeons… Morgane et les piqûres…Jacques et les ascenseurs…Yann et les voyages en avion… Justine et le vertige… La timidité de Marc dans les réunions professionnelles…Celle d'Aurélia dans les soirées où elle ne connaît pas tout le monde…Laurent et sa crainte de rougir en public…

Toutes ces personnes éprouvent la même peur très intense, face à un objet ou à une situation spécifiques, ou à la simple idée d'y être confrontées. Bien qu'elles reconnaissent cette peur comme irrationnelle et excessive, elles évitent l'objet ou la situation en question, quitte à perturber fortement leurs habitudes ou leurs activités.

Plus d'information : www.deploie-tes-ailes.org, mediagora.free.fr

Le trouble obsessionnel-compulsif

Estelle craint la contamination par les microbes et se lave sans cesse les mains... Maxime a peur de se tromper dans les chiffres et recompte en permanence ses bilans au bureau... Fabien redoute d'avoir écrasé quelqu'un en voiture et vérifie plusieurs fois en refaisant le même trajet... Frédérique craint la mort d'un proche et aligne ses stylos à longueur de journée...

Toutes ces personnes sont obsédées par des pensées qui expriment un danger, dont elles cherchent à se protéger en accomplissant un rituel répétitif, qui ne présente parfois aucun lien logique avec l'idée qui le provoque. Elles reconnaissent que les idées angoissantes qui font intrusion dans leur esprit sont absurdes ou exagérées. Pourtant, ces idées provoquent une telle détresse que leurs comportements destinés à lutter contre elles deviennent progressivement envahissants.

Les états de stress post-traumatique

Depuis son accident de vélo, Armelle revoit sans cesse la scène : la portière de la voiture en stationnement s'ouvre brutalement, et elle ne peut pas éviter le choc. La peur intense de mourir qu'elle a éprouvée sur le coup est réactivée lorsqu'elle rêve de l'événement ou qu'elle est confrontée à des flash-backs. Armelle essaie d'éviter de repenser à l'accident et ne veut plus circuler à vélo : mais même à pied, elle se sent extrêmement stressée et sursaute facilement lorsqu'elle est dans la rue. Elle est épuisée par son état de tension permanente et a le sentiment de n'avoir plus goût à rien.

L'anxiété généralisée

Depuis quelques mois, Claude se fait du souci à propos de tout et de rien : tout le préoccupe (un nouveau logiciel au travail, le remplacement temporaire de l'instituteur de son fils, le grain de beauté que sa femme va se faire examiner...). La rumination permanente sur ses soucis l'empêche de se concentrer sur ce qu'il a à faire, et il a du mal à s'endormir, bien qu'il se sente à bout. Il se sent moins efficace au travail et moins disponible pour ses proches, mais il ne parvient pas interrompre le flux de ses pensées anxieuses. Il commence à s'inquiéter de se faire autant de souci.